Copaincommecoton.fr » Divers » Investissement immobilier : avantages et inconvénients des SCI

Investissement immobilier : avantages et inconvénients des SCI

La SCI (Société Civile Immobilière) est composée de plusieurs associés qui gèrent ensemble un bien immobilier. En achetant un immeuble en SCI, vous profitez de plusieurs avantages. Néanmoins, ce type de société présente également des inconvénients. Petit tour d’horizon sur les plus et les moins de la SCI.

Les avantages de la SCI

Créer une SCI présente un intérêt certain dans la constitution d’un patrimoine.

Éviter la lourdeur de l’indivision

Généralement, l’indivision demande une décision unanime en ce qui concerne la gestion d’un bien. En investissant dans une SCI, vous contournez cette règle. Ici, pensez juste à choisir un représentant légal. Il est le seul capable de prendre des décisions pour la bonne gestion de votre bien immobilier. En effet, les statuts de la société fixent les limites et les pouvoirs du gérant. En plus, vous avez la possibilité de demander que certaines décisions soient soumises à l’accord des associés.

Bénéfice sur la fiscalité

Investir dans une SCI est très avantageux en termes de fiscalité. Revendre un bien immobilier est normalement soumis à un impôt sur les plus-values. Autrement dit, vous bénéficiez d’un abattement considérable en fonction de la durée de détention de l’immeuble. En revanche, la réduction appliquée à la SCI est calculée à partir de la date de souscription des titres.

En plus, vous pouvez être complètement exempté de l’impôt après 22 ans de détention de parts sociales. Par ailleurs, plusieurs choix de fiscalité s’offrent à vous avec la SCI. D’une part, vous avez l’impôt sur le revenu. D’autre part, vous pouvez miser sur l’impôt sur les sociétés.

Les inconvénients de la SCI

La SCI présente également des contraintes dont il faut tenir compte.

Complexité des formalités

Créer une SCI demande une procédure assez complexe. Pour commencer, la rédaction des statuts peut être un peu fastidieuse. Pour ce faire, il est conseillé de faire appel à un expert (notaire ou avocat). Il doit être en mesure de rédiger les conditions de fonctionnement de la SCI. Par la suite, il est nécessaire de publier un avis de création dans un journal. En effet, vous devez obligatoirement informer les tiers.

Il vous suffit de mentionner les données importantes (capital, nom du responsable légal, la dénomination sociale, etc.). En outre, il faut penser à la constitution de votre dossier d’immatriculation. N’hésitez pas à demander l’aide d’un Centre de Formalités des Entreprises au besoin. Enfin, le dossier constitué doit être déposé au greffe du Tribunal de commerce. C’est à lui que revient la charge d’immatriculer la SCI au Registre du Commerce et des Sociétés.

Toutes ces formalités peuvent s'avérer fastidieuses et difficiles lorsque l'on ne sait pas comment s'y prendre. Il s'agit là, d'une limite de l'investissement en SCI.

Coût élevé de la création d’une SCI

Les nombreuses démarches qui sont obligatoires pour la création d’une SCI nécessitent des frais très élevés. Les droits d’enregistrement coûtent à eux seuls, entre 1 500 et 3 000 €. Ce prix est fonction :

  • du code d’activité de l’élaboration de la société,
  • de l’objet social et
  • de la complexité des statuts.

En ce qui concerne le capital social, prenez la peine de réfléchir avec soin à votre budget avec vos associés. Il n'y a pas de montant minimum requis. Vous pouvez donc disposer d’un capital social peu important. De plus, l’expertise d’un homme de loi peut revenir cher.